TAG Vive les vacances !

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien !

De nouveau, je vous propose un TAG livresque, qui concerne cette fois-ci les vacances. Malheureusement pour moi cette année, les vacances se font très tardives et très courtes (une petite semaine seulement fin août – début septembre)… Comment vous dire que je suis très impatiente d’y être ! En attendant et pour me faire patienter, voici le TAG Vive les vacances, découvert chez Maven Litterae !

Soleil : un roman à lire au soleil

Une belle histoire sous le soleil de l’été italien, parfait donc pour cette catégorie ! Chronique

Coucher de soleil : un roman à lire le soir

Moi qui suis pourtant une grande trouillarde, j’apprécie beaucoup de lire des romans policiers ou des thrillers, le soir avant de m’endormir (si j’y parviens du coup ahah). Le dernier en date n’est autre que Celle qui brûle, qui malgré une résolution peut être un peu facile, s’est tout de même révélé très prenant ! Chronique

Plage : ta prochaine lecture

Au moment où cet article paraîtra, il est fort probable que ce roman soit déjà en cours de lecture ! C’est un roman que je lis dans le cadre du Shiny Summer Challenge et j’espère qu’il saura me convaincre vis-à-vis des quelques craintes que j’avais pu formuler à la fin du deuxième tome !

Pied dans l’eau : un roman à lire au bord de l’eau

Pour cette catégorie, j’avoue ne pas avoir hésité bien longtemps car à l’évocation du bord de l’eau, j’ai tout de suite pensé à Jenny Colgan et sa série Au bord de l’eau. Forcément, les deux premiers tomes se prêtent mieux à une lecture estivale au bord de l’eau, que le dernier !

Glace : un roman qui pourrait te faire oublier la chaleur

Ici aussi, aucune hésitation quant au choix du roman. J’ai immédiatement pensé à Avalanche Hôtel, un livre qui mêle enquête et surnaturel, le tout au cœur de l’hiver et de ses tempêtes de neige ! De quoi vous faire frissonner de froid (comme de peur) !

Chaleur : l’été, plutôt papier ou numérique

Peu importe que l’on soit en été ou en hiver, je suis une adepte des livres papier et pour le moment, je ne suis absolument pas prête à renoncer à ce format ! C’est vrai qu’il y a un certain côté pratique notamment lorsque l’on part en vacances mais en principe, il m’arrive deux scénarios : soit je pars en France (en voiture) et donc pas de souci pour emporter des livres en quantité ; soit je pars à l’étranger et j’ai appris au fil de mes voyages que finalement je lis assez peu tant je suis épuisée par mes journées ! Dans les deux cas de figure, le roman papier ne pose pas de souci finalement !

Activité ou bronzage : en été, ton rythme de lecture augmente-t-il ou diminue-t-il ?

En principe, exception faite de cet été où n’ayant pas de vacances et en plus un rythme très chargé je ne lis que très peu, mon rythme de lecture augmente significativement durant l’été ! A cause de la chaleur, c’est ma principale activité. C’est aussi u moyen de rattraper un peu le manque de lectures durant l’année et de tenter de vider ma PAL. Mais c’est très souvent un échec car l’été est aussi une période où je me procure beaucoup de livres !

Camping : un roman qui va te faire voyager

Une fois de plus dans un TAG cet été, je cite le roman Les pionnières. Ce n’est pas que je n’ai rien lu d’autres où il soit question de voyage ou de pays étranger mais disons que malheureusement, ce ne fut pas des lectures particulièrement concluantes. J’ai donc remonté un peu le fil de mes lectures pour vous proposer un roman qui fait voyager et qui m’a plu surtout et de nouveau Les pionnières est ressorti ! Chronique

Barbecue : le plus petit roman de ta PAL pour une soirée barbecue

Voici le plus petit roman de ma PAL ou tout du moins, il fut dans ma PAL, mais il en sorti cette semaine. Quelle lecture originale, loufoque et déroutante mais surtout drôle !

Vacances : dans ta valise, y a-t-il beaucoup plus de livres que de vêtements ou est-ce l’inverse ?

Comme je l’expliquais plus haut, tout dépend de ma destination de vacances. Si je reste en France, les livres occupent clairement une place majeure dans ma valise, mais si je pars à l’étranger, je n’en emporte que 2-3 au maximum et je pourrais toujours en acheter sur place si vraiment j’ai tout lu !

J’espère que ce tag vous aura plus et vous aura peut-être donné quelques idées de lectures pour cet été. Quoi qu’il en soit, je vous souhaite à tous de très bonnes vacances d’été et pour ceux qui n’auraient pas la chance d’avoir des congés, bon courage !

C’est Lundi que lisez-vous #58

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien !

Aujourd’hui, je vous retrouve pour ce cinquante-huitième numéro de C’est lundi que lisez-vous, le rendez-vous désormais incontournable de la blogosphère qui consiste à faire un bilan des lectures passées, en cours et à venir. 

Voici donc sans plus tarder mon bilan 😊

Lectures passées

Contente de cette lecture pour le moins originale et complètement loufoque ! C’était exactement le genre de lectures dont j’avais besoin et qui convient bien à la période estivale. Pas besoin de réfléchir, simplement d’apprécier l’humour et de passer un bon moment !

Ce roman est venu s’incruster au dernier moment dans mes lectures du Shiny Summer Challenge. Si au départ, j’étais plutôt emballée par l’ambiance mystérieuse, les différents points de vue et l’intrigue en elle-même, ce fut finalement une lecture assez plate et sans grand suspense. Certes, le livre se lit très bien grâce à une écriture fluide et des chapitres courts mais il n’y a pas beaucoup de suspense quant au dénouement… Pas transcendant donc…

Voici une lecture qui n’était pas du tout prévue. C’est un livre que j’ai lu dans le cadre de mon travail, donc clairement ce n’est pas un roman palpitant mais c’était tout de même très intéressant et enrichissant ! Mais vu qu’il s’agit d’un livre sur la stratégie marketing d’entreprise, je sais pertinemment que je ne vais pas vous faire rêver ahah !

Lectures en cours

Voilà que j’ai enfin commencé la lecture du troisième volet de la saga Vampyria ! Il était grand temps car je le lis dans le cadre du Shiny Summer Challenge et vu le pavé, je n’ai pas intérêt à traîner ! Pour le moment, je n’ai pas beaucoup avancé mais j’aime la nouvelle intrigue proposée, à voir si elle sera aussi palpitante qu’elle le promet !

La librairie des rêves ensevelis – Madeline Martin

Titre : La librairie des rêves ensevelis

Titre original : The last bookshop in London

Autrice : Madeline Martin

Éditeur : Charleston

Date de publication : 2022

Nombre de pages : 304

Quatrième de couverture

Hyde Park, le grand magasin Harrods, les bus rouges à impériale… En s’installant à la capitale, Grace Bennett découvre le charme et l’effervescence de Londres. Mais le travail qu’elle décroche dans une petite librairie est bien loin du glamour dont elle rêvait. Les étagères où s’entassent les livres croulent sous la poussière, le propriétaire, Mr Evans, est aussi revêche et austère que l’intérieur exigu de son établissement et dehors, la guerre gronde déjà.

Pourtant, entre les black-out et les évacuations qui rythment son quotidien, c’est au coeur de ces rayonnages pleins à craquer que Grace trouve une ressource insoupçonnée et s’abandonne aux joies de la lecture.

Une nuit de bombardements, alors que la panique règne dans l’abri antiaérien où tout le quartier a trouvé refuge, Grace commence à lire à voix haute. Et chaque soir d’attaque, bravant l’horreur et la peur, elle va puiser dans les plus beaux romans de la littérature anglaise l’espoir de jours meilleurs.

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien !

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler du roman La Librairie des rêves ensevelis. Avant sa sortie et lors de la promotion sur les réseaux sociaux, la couverture et le résumé m’avaient tout de suite beaucoup plu et je n’avais donc pas hésité à me le procurer. Et c’est enfin, quelques mois plus tard, qu’il sort de ma PAL à l’occasion du Shiny Summer Challenge !

Ainsi donc, dans ce roman, nous partons à la rencontre de Grace accompagnée de Liv, deux jeunes filles/femmes (encore un peu entre les deux) vivant à la campagne, vont débarquer à Londres en espérant mener un train de vie plus actif et surtout trouver du travail. Mais la guerre va venir tout remettre en question.

Tout d’abord, en ce qui concerne les personnages, je me suis rapidement attachée à Grace, notre héroïne, notamment de par son histoire et sa vie pas des plus évidentes, mais également pour sa personnalité. C’est une jeune femme adorable, fort généreuse et qui a un mental bien plus puissant que ce qu’elle ne le croit. Elle m’a touché par ces différentes facettes.

Nous avons également Liv, comme je le disais précédemment, qui est une amie proche de Grace. Elles sont toutes deux du voyage qui les amène à Londres avec l’espoir d’un changement de vie. Même si elle est moins présente dans le roman, c’est un personnage appréciable par sa joie de vivre, sa gaieté en toutes circonstances.

Nous avons également toute une myriade d’autres personnages, comme Mrs Weatherford, la dame qui va loger les deux jeunes filles à leur arrivée à Londres ; Mr Evans, le propriétaire de la librairie dans laquelle Grace va se faire embaucher, …Tous les personnages sont très intéressants et apportent réellement quelque chose à l’histoire. En dehors de Grace, je pense que j’ai un petit faible pour Mr Evans, cet homme d’âge avancé au fort caractère, bien décidé au départ à jouer les apparences froides et peu engageantes. Ce personnage se révèle au fil des pages et on découvre un homme en réalité très sensible que la vie n’a pas épargné.

En ce qui concerne l’histoire en elle-même, je suis assez sensible au thème de la Seconde Guerre mondiale en général, que ce soit dans la littérature, les films ou autre. Certes, ce n’est pas le thème le plus amusant qui soit mais c’est une partie de l’histoire aussi effroyable qu’intéressante, je trouve personnellement. Premier thème donc qui me plait.

Et deuxième point : l’histoire se déroule dans le Londres du début des années 40 et il faut savoir que Londres est ma ville préférée sans hésitation aucune !

Tous les éléments étaient donc réunis pour que j’aime ce livre et ce fut effectivement le cas. L’autrice réussit une très belle et puissante immersion au cœur de Londres, sous le feu des bombes durant la guerre. Les événements sont bien apportés et on voit bien l’incompréhension des habitants, notamment au début de cette guerre. Alors que plusieurs pays d’Europe sont engagés dans une guerre mondiale, la Grande Bretagne est épargnée. Tout le monde vit normalement ou presque et finalement, quand les premiers bombardements se produisent, tout semble si irréel.

L’histoire n’est pas compliquée et reprend globalement des éléments simples mais finalement c’est aussi ce qui fait la beauté de cette histoire. L’autrice a bien su équilibrer avec les personnages et a apporté un côté très humain à cette guerre.

Malgré les circonstances terribles et les horribles événements que vivent les personnages, c’est tout de même un roman qui réchauffe les cœurs et qui montre l’humain sous son meilleur jour. Dans des moments de si grandes difficultés, on apprend à se contenter de peu mais aussi à compter les uns sur les autres. C’est une société non pas individualiste mais collective qui se dessine, une société où les gens s’entraident afin de survivre comme ils le peuvent.

Enfin, pour ce qui est de la plume de l’autrice, celle-ci est fluide, agréable et poétique.

Ainsi, j’ai bien apprécié ce roman qui nous plonge au cœur de Londres durant la Seconde Guerre mondiale. C’est finalement un récit plein de poésie, d’espoir et d’humanité. Je vous le recommande sans hésiter !

Ma note : 14/20

Lu dans le cadre du Shiny Summer Challenge (Menu Chaud et ardent – Catégorie Faire feu de tout bois)

Petits & grands blabla littéraires – L’importance de la couverture

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien !

Le mois dernier, dans le cadre des Petits et grands blabla littéraires, je vous parlais de mon expérience de bêta-lectrice, ce que j’ai appris et ce que cela m’a apporté. Qui dit nouveau mois, dit également nouvel article et en ce mois d’Août, je vous propose d’aborder le sujet de l’importance d’une couverture dans l’achat ou la leecture d’un roman.

Comme le dit l’expression, « il ne faut pas juger un livre à sa couverture. » Et pourtant, je pense que nous l’avons tous probablement fait au moins une fois dans notre vie de lecteurs !

Je ne veux pas trop m’avancer mais je pense que c’est une situation à laquelle chacun d’entre nous à déjà été confrontée : choisir un livre simplement car la couverture était particulièrement belle, (voire même sans faire attention au résumé !). Personnellement, cela m’est arrivé à de nombreuses reprises et m’arrive encore très régulièrement !

Je trouve que, durant ces dernières années, les éditeurs ont fait des efforts importants au niveau des couvertures. Je pense en premier lieu aux romans feel-good dont les couvertures donnent toutes plus envie les unes que les autres. Entre couleurs vives, jolies dessins, une police d’écriture soignée, et autres éléments, on aurait envie de se les procurer à tours de bras !

En second lieu, je pense aussi aux romans jeunesse/ young adult et notamment deux où il est question d’univers fantastiques ou magiques. Pour ces couvertures, en plus des couleurs, titres et autres précédemment évoqués, on retourne également des jeux de matières et de texture quand aux matériaux utilisées. Couverture mate avec éléments brillants, reliefs, papier embossé, … on trouve vraiment de tous dans les rayonnages des librairies !

Forcément, puisqu’il est question de jolies couvertures, je vous propose une petite sélection de quelques romans dont les couvertures m’ont ravies :

Parmi cette sélection :

Lus : Un si petit oiseau, Songe à la douceur, Harry Potter, The Cruel Prince, L’hôtel du lac des ombres

Non lus : Serpent & Dove, A room with a view (PAL), Blackwater, Daughter of the Moon Goddess, Anne of Green Gables (et suite), L’irrésistible histoire du café myrtille (PAL)

En revanche, si les couvertures sont sublimes, cela ne garantit en rien en contenu palpitant, divertissant et satisfaisant ! Et je trouve que c’est d’autant plus décevant lorsqu’on avait apprécié la couverture mais que le contenu ne fut pas à la hauteur …

A l’inverse, et toujours dans le thème de l’importance de la couverture, il est des romans dont les couvertures peu attrayantes ont de quoi rebuter le lecteur, malgré un contenu de qualité. Et oui, cela arrive ! Et l’impact est tout aussi important que pour une belle couverture et un contenu moyen. Finalement, c’est peut-être même pire (côté auteur comme lecteur), car à cause d’une « simple » couverture pas très attrayante, on peut passer à côté d’un roman qui aurait pu tout à fait nous correspondre. Et pour l’auteur/autrice, à moins de promouvoir ses livres dans le cadre de salon et de pouvoir directement faire un court pitch de l’histoire, il ne trouvera peut-être qu’un public réduit…

Là aussi, j’ai quelques exemples en tête de romans aux couvertures qui personnellement, ne me plaisent pas particulièrement mais dont j’ai beaucoup apprécié voire adoré le contenu.

Parmi cette sélection :

Qui es-tu Alaska (Looking for Alaska) est mon roman préféré ! Comme quoi, heureusement que j’ai passé outre la couverture !

La nuit des temps fut une lecture coup de cœur !

Et Hell Bent (qui n’est pas encore sorti) est dans ma wishlist. Clairement, si je n’avais pas lu et aimé le premier tome, cette couverture ne me donnerait absolument pas envie de commencer !

J’espère que cet article vous aura plu ! N’hésitez pas à me partager votre avis en commentaires !

Et vous, jugez-vous un livre à sa couverture ?

Love & Gelato – Jenna Evans Welch

Titre : Love & Gelato

Autrice : Jenna Evans Welch

Éditeur : Bayard

Date de publication : 2016

Nombre de pages : 400

Quatrième de couverture

Lina, 17 ans, dont la mère vient de mourir, part en Italie pour faire la connaissance de son père. Mais pourquoi ne lui a-t-elle jamais parlé de lui ?
À peine arrivée, Lina n’a qu’une envie : rentrer le plus vite possible aux États-Unis.
Puis elle rencontre Ren, un garçon de son âge, qui lui sert de guide, et elle se laisse peu à peu séduire par ce pays. Lina entreprend alors de lire le journal que sa mère tenait à l’époque où elle vivait à Florence et s’aperçoit que sa vie renfermait bien des secrets. En suivant ses traces, elle découvre une vérité bouleversante…

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Love & Gelato, récemment adapté sur Netflix. Je connaissais le roman avant mais la tentation était trop grande et j’ai commencé par le film. Ce ne fut pas concluant, mais ce n’est pas le sujet du jour. Je vous propose plutôt de vous partager mon avis sur le roman dans un premier temps et je consacrerai un article Du papier à l’écran afin d’en faire la comparaison.

Ainsi donc, dans ce roman, nous partons à la rencontre de Lina, une jeune fille de 17 ans que la vie n’a pas épargné. Elle vient en effet de perdre sa mère d’un cancer et n’a jamais connu son père. Et sur demande de sa mère, Lina va se rendre en Italie et y découvrir un monde dont elle n’avait jusqu’alors jamais eu connaissance.

Premier problème, je ne me suis pas attachée particulièrement à l’héroïne… Et c’est suffisamment rare pour que je le note ! Sur le papier, pourtant, il y aurait du quoi générer de l’attachement, mais dans les faits, j’ai trouvé ce personnage très niais. Je sais que la différence d’âge entre les personnages adolescents et moi se creusent au fil des ans ahah mais cela ne me dérange en général pas tant que ça. Mais ici, l’héroïne avait un comportement bien trop jeune et immature parfois à mon goût. Sans aller jusqu’à dire que Lina est désagréable mais, cela ne l’a clairement pas fait pour moi…

On a également d’autres personnages qui entrent dans la vie de Lina durant ce périple. Je pense notamment à Howard qui est le personnage que j’ai préféré de cette histoire et le seul pour qui j’ai ressenti au moins une once d’attachement. C’est vraiment un homme adorable, gentil, avec le cœur sur la main. Il est certes maladroit parfois car ne sait pas quel comportement adopter mais il essaye et se donne de la peine. Il est vraiment attachant et sympathique ! Je ne vous en dis malheureusement pas plus sur ce personnage pour ne pas vous spoiler l’histoire !

Même si je ne me suis pas attachée à Lina, j’ai tout de même apprécié de voir la belle relation se tisser entre elle et Howard. D’inconnus jusqu’alors, ils vont apprendre à se connaître, à se découvrir et à s’apprivoiser.

Ensuite, en ce qui concerne l’histoire, je trouve que les différents éléments : Lina, la perte de sa mère, ce voyage en Italie, et puis ce fameux carnet que sa mère a envoyé en Italie et que Lina va lire et découvrir ainsi au fil des pages, la vie de sa mère lorsqu’elle était ado, … tous ces éléments constituaient un très bon point de départ.

Mais justement, au début du roman, j’avais vraiment du mal à rentrer dans l’histoire… De même que l’héroïne et sa jeunesse, le récit pâtissait également de cette naïveté et trop grande légèreté. J’ai tout de même tenu bon car je voulais absolument connaître les différences avec le film et voir la finalité.

Une fois passée une bonne centaine de pages, j’ai trouvé que le récit et l’histoire s’amélioraient ensuite pour devenir enfin un peu plus profond. J’ai bien aimé suivre Lina dans sa lecture du carnet de sa mère. Tout un pan de la vie de sa mère jeune va lui être révélé au travers des pages. Et va également ouvrir la porte de la question de l’identité de son père. C’est un des éléments centraux du roman et j’ai aimé voir Lina dans cette quête pour la vérité.

Si cette partie du récit est plus intéressant et avec davantage de profondeur dans les émotions et plus de maturité, j’aurais aimé que le sujet soit encore plus creusé. Finalement, la critique générale que je ferais pour ce roman est le fait que les éléments de départ sont bons mais qu’ils ne sont qu’abordés brièvement. On ne fait que les effleurer en réalité…

Autre point : le triangle amoureux au centre duquel se trouve Lina. Je n’ai absolument pas compris ce que cela apportait à l’histoire… Il n’y a même pas une seconde de tension. Tout est beaucoup trop évident et sans suspense.

En somme et vous l’aurez donc compris, je n’ai pas été emballée par la lecture de ce roman. Au vu des commentaires sur le film, disant que le livre était très différent et bien mieux, j’espérais réellement être agréablement surprise par le livre… Mais ce ne fut pas le cas. Contrairement à beaucoup, je trouve que le roman reste globalement dans la même trame que le film… Pour moi, ce roman avait pourtant le potentiel pour être une lecture touchante autant que divertissante, mais du fait de la trop grande légèreté et jeunesse, on perd l’essence de l’histoire.

Ma note : 9,5/20

C’est Lundi que lisez-vous #57

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien !

Aujourd’hui, je vous retrouve pour ce cinquante-septième numéro de C’est lundi que lisez-vous, le rendez-vous désormais incontournable de la blogosphère qui consiste à faire un bilan des lectures passées, en cours et à venir. 

Voici donc sans plus tarder mon bilan 😊

Lectures passées

Lu dans le cadre du Shiny Summer Challenge

Appréciant particulièrement le thème de la Seconde Guerre mondiale, notamment dans la littérature, je peux dire que ce roman a su parfaitement remplir mes attentes. On découvre le Londres des années 40 plongé dans cette guerre, et couplé à une jeune femme qui débarque dans une librairie. C’est une très belle histoire, dure mais pleine d’espoir aussi.

Ça y est ! J’ai enfin terminé le 4e tome de la saga Bridgerton ! J’en attendais beaucoup de ce volume car je suis fan des personnages de Colin et Penelope mais j’ai malheureusement été déçue… Si je reprochais déjà dans les tomes précédents un schéma narratif toujours identique, je commence à éprouver une certaine lassitude. Finalement, seuls les personnages changent… Je vais tout de même poursuivre la saga, mais je suis beaucoup moins enthousiaste que ce que j’avais pu l’être avant de commencer les livres…

Lectures en cours

Toujours en cours car je ne l’ai pas du tout avancé durant cette semaine malheureusement…

Cette lecture n’était pas du tout au programme. Pour tout vous dire, j’avais sélectionné La vérité sur l’affaire Harry Quebert dans le cadre du Shiny Summer Challenge, mais à cause de mon emploi du temps très chargé ces derniers temps, je sais que je n’aurais pas le temps de lire un si gros pavé… Je me suis donc mise en quête ce week-end d’un roman policier / thriller dans la bibliothèque de ma mère pour le remplacer et c’est comme ça que je suis tombée sur On se reverra dont le résumé m’a tout de suite intrigué !

Résumé : Qui est cet homme assis sur la plage en pleine tempête, sur le lieu d’un crime commis vingt ans plus tôt ? Il n’a pas de nom, pas de manteau, et a perdu la mémoire. Alice prend l’inconnu sous son aile et décide de l’héberger, sans savoir qu’il va bouleverser sa vie à jamais.
Au même moment, dans la banlieue de Londres, Lily attend en vain le retour de l’homme qu’elle vient d’épouser et dont la police tarde à signaler la disparition. Parviendra-t-elle à retrouver celui pour qui elle a tout abandonné ?

Du papier à l’écran – Hunger Games

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien !

Aujourd’hui et comme tous les mois désormais, je vous parle d’un livre et de son adaptation en série ou en film. Lors de mon dernier article, je vous parlais de la désormais célèbre série Bridgerton, adaptée sur Netflix.

Aujourd’hui, je vous propose de parler d’une saga toute aussi connue, si ce n’est plus, et qui a été adaptée au cinéma il y a plusieurs années. Je veux bien sûre parler de Hunger Games !

ATTENTION : avant que vous commenciez la lecture de cet article, je vous préviens qu’il contient des spoilers !

Au tout début, lorsque le film est sorti, je ne savais pas que c’était tiré d’une trilogie de romans. Je reconnais être allée voir le premier film un peu par hasard au cinéma, car une amie me l’avait proposé. J’ai le souvenir d’avoir bien aimé, mais sans plus très honnêtement. Ce premier visionnage m’avait laissé un peu perplexe : tout était trop évident et « gros ». Et puis, je l’ai revu et j’ai davantage été convaincue et c’est finalement le deuxième film qui sera la révélation en quelque sorte !

Malheureusement les deux derniers films ont été catastrophiques selon moi, et j’ai donc décidé bien des années après de lire les livres en espérant que le troisième volet se révèlerait plus concluant… Cela fait plusieurs mois maintenant que j’ai achevé la trilogie mais je n’ai jamais eu le temps de rédiger un article pour faire le parallèle entre le livre et l’adaptation !

Avant de commencer et si cela vous intéresse, je vous propose de retrouver ma chronique générale sur les trois tomes !

Je vous propose maintenant de passer à une analyse plus détaillée, notamment sur les différences pour chacun des tomes/films.

Tome 1 – Film 1 : Hunger Games

Pour ce premier volet, et comme je vous le disais plus haut, n’est pas mon préféré en terme de film, mais il pourrait bien prendre la première place côté livre (à cause d’un avis dégradé sur le tome 2).

Si je dois établir une comparaison entre les deux, je dirais que le film est plutôt assez fidèle au livre. L’histoire est très très similaire, tous les grands événements sont repris. Finalement, pour ce premier tome, les différences sont relativement mineures. Il faut vraiment bien connaître les livres pour faire les distinguer.

Voici quelque unes des différences :

  • Description de l’univers : première différence et probablement la plus notable !
    Il est toujours très important dans une série de fiction de présenter l’univers dans lequel les personnages vont évoluer. Si le spectateur n’a pas de difficulté de compréhension dans le film, je dirais que le livre pousse davantage dans les détails de ce monde et de cette société. Et surtout, l’autrice détaille les Hunger Games, le principe et les règles.
  • Femme de chambre : avant le jeu, lors de la préparation, Katniss a une femme de chambre au Capitole. Celle-ci n’existe pas dans le film. Ce personnage a pourtant une certaine importance, notamment celle de faire prendre conscience à Katniss de la réalité de cette société. En effet, cette femme est une fugitive qui s’est fait attraper sous les yeux de Katniss et Gale et qui a eu la langue tranchée pour trahison.
  • Surdité de Katniss : une fois le jeu commencé, Katniss devient sourde de l’oreille gauche après l’explosion des mines qui entoure la corne d’abondance et subira une opération ensuite ; tandis que dans le film, on a l’impression qu’elle n’est sourde que durant les quelques minutes qui suivent l’explosion, le temps de se remettre de la déflagration.
  • Monstres du jeu: les « chiens » possèdent les caractéristiques physiques des personnages (tribus) précédemment décédés durant le jeu

Tome 2 – Film 2 : L’embrasement

Pour ce second volet, je me suis rendue donc lors de l’écriture de cet article que j’avais une vision pas forcément réaliste des choses. Je m’explique. Alors que j’avais adoré le film mais trouvé le livre assez lent, j’ai réalisé en faisant quelques recherches sur internet qu’en réalité, le film aussi en première partie, consacre beaucoup de temps à « l’après » des premiers jeux.

Et c’est quelque chose que j’avais totalement occulté, probablement car les actions très présentes dans la seconde partie avait compensé. En effet, l’arène arrive tardivement dans le livre et dans le film, mais je pense que dans le film, du fait de la dimension visuelle, le temps passe peut-être plus rapidement et à aucun moment, je n’ai eu cette sensation d’ennui ou de longueur !

Comme quoi, la perception peut être trompeuse !

Hormis cela, voici quelques différences que j’ai pu noter :

  • Existence du District 13 : alors que dans le film, cette partie-là totalement été supprimée, dans le livre, Katniss rencontre deux filles du District 8, Twill et Bonnie. Celles-ci sont en route pour le District 13 et vont donc apprendre à Katniss que ce District existerait toujours malgré les propos contraires du Capitole.
  • Champ magnétique dans l’arène : dans le film, on voit Katniss lancer des cailloux dans l’air afin de détecter le champ magnétique et ne pas le heurter. Dans le livre, Katniss qui a subi une opération de l’oreille parvient à entendre le bruit que génère le champ magnétique. Cela leur permet donc de se déplacer d’autant plus facilement.

Tome 3 – Films 3 parties 1 et 2 : La Révolte

Comme je vous le disais précédemment, je n’ai pas du tout aimé les deux derniers films durant lesquels je me suis ennuyée à mourir. C’est principalement pour cette raison que j’ai décidé de lire les livres, dans l’espoir que le troisième et dernier tome serait plus engageant. Mais malheureusement, ce fut le même ressenti. J’ai mis un temps infini à terminer le troisième roman… J’avais envie d’abandonner très souvent …

Je pense que le principal problème tient d’avoir voulu diviser le livre en deux films. Si c’est parfois réussi, je pense notamment à Harry Potter, c’est assez régulièrement raté. Finalement, les films s’étirent en longueur pour pas grand chose. Par exemple, dans Hunger Games 3 partie 1, il n’y a finalement que peu de choses à raconter. Le film est d’un ennui terrible !

J’ai donc nécessairement été moins attentive aux différences qu’il pouvait y avoir ! Je vous note donc celle qui m’a paru la plus évidente et qui concerne Effie Trinket. Alors que ce personnage n’est que très peu présent dans le livre, ce personnage secondaire fait de nombreuses apparitions dans le film.

De manière plus générale et pour conclure cet article, je dirais que j’ai malgré tout préféré les films, en tout cas les deux premiers, pour les décors et l’atmosphère. C’est toujours compliqué dans les livres, simplement au moyen de mots de décrire un environnement plus ou moins complexe. Et pour le coup, dans les films, j’ai adoré les décors, tout le faste de Panem et toutes les exubérances physiques des habitants. Il y a également un élément qui participe grandement à l’ambiance et qui me tient particulièrement à cœur : la bande son. J’ai beaucoup aimé les musiques dans les films !

Je reste, dans les deux cas (livres ou films) assez déçue par le dénouement. J’attendais quelque chose de bien plus grandiose et surtout de plus cohérent, et à la hauteur des événements des deux premiers opus.

J’espère que cet article vous aura plu ! N’hésitez pas à partager en commentaires votre vision des choses, je serai ravie de vous lire 🙂

Sur ce, je vous dis à bientôt sur le blog !

Dans la forêt – Jean Hegland

Titre : Dans la forêt

Autrice : Jean Hegland

Éditeur : Gallmeister

Date de publication : 2018 (1996 première édition)

Nombre de pages : 309

Quatrième de couverture

Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’électricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses.

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien !

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Dans la forêt que j’ai lu dans le cadre du Shiny Summer Challenge, et probablement sans lequel, ce roman serait resté encore des années dans ma PAL. Pas qu’il ne me tentait pas, mais il y avait un je-ne-sais-quoi qui me faisait sans cesse repousser cette lecture ! Et au final, je suis ravie de l’avoir lu, même si je ressors de cette lecture avec un sentiment assez indescriptible et qui me chamboule particulièrement.

Ainsi donc, dans ce roman, nous partons à la rencontre de Eva et Nell, deux soeurs de 18 et 17 ans respectivement, qui vivent – ou plutôt survivent – au cœur de la forêt – alors que la civilisation s’est effondrée.

Commençons donc par ces deux personnages, qui sont, comme vous l’aurez compris, au centre du roman. L’histoire nous est racontée depuis le point de vue de Nell qui raconte son histoire dans un carnet. De manière générale, je dirais que je me suis bien attachée aux deux filles, mais j’ai tout de même une nette préférence pour Nell. Elle est très attachante, attentionnée et à prendre soin des autres. Même si elle est la plus jeune des deux, elle prend toute la responsabilité sur ses épaules. Elle est d’une force mentale incroyable, tout en restant profondément humaine, avec ses moments de faiblesse.

La vie n’a clairement pas épargné les deux filles. Entre le décès de leur mère d’une maladie, puis cet effondrement de la société et le décès de leur père, le sort s’acharne décidément sur elles. Et encore, je vous passe le reste pour ne pas vous spoiler.

Pour autant, les deux filles se battent pour survivre dans des conditions extrêmes, livrées à elles-mêmes, alors qu’elles n’ont jamais connu autre chose que le confort d’un agréable foyer, entourées de leurs proches.

Et des difficultés va naître une relation incroyable entre ces deux sœurs. Très loin d’être parfaite car dans des conditions de vie aussi difficiles, rien n’est tout beau, tout rose. Les deux filles vont se détester, s’aimer, rire ensemble, pleurer ensemble. Mais finalement, c’est ça aussi une relation familiale. Malgré tout ce qui leur arrive et les obstacles qui tentent de briser leur lien, c’est cette relation qui les tient d’une certaine manière. On voit la force de l’amour fraternel à travers leur relation. C’est beau à voir et c’est un peu d’espoir dans ce roman qui en a bien besoin !

Si je passe à l’histoire en elle-même, et comme je vous disais au début de cette chronique, je ressors de cette lecture avec une impression indescriptible, peut-être celui du fait de n’avoir jamais lu un livre pareil. Ce roman est incomparable avec les autres romans que j’ai pu lire dans ma vie auparavant.

Je vais essayer de vous expliquer aussi clairement que possible mon ressenti et les diverses facettes de ce roman, mais cela ne va pas être évident !

Disons déjà que si l’on est très loin de s’ennuyer dans ce roman, ce n’est pour autant pas un roman d’action. Il y a des moments bien plus lents, où c’est l’occasion pour Nell de se livrer à de l’introspection. A travers ce journal qu’elle rédige presque quotidiennement, nous découvrons son ressenti face à la situation, son ressenti vis-à-vis de sa sœur, toutes ses pensées finalement mises à nues.

Au fil des pages et des notes de Nell, nous suivons leur vie avec sa soeur, au milieu de cette forêt, orphelines de leur état, à tenter de survivre chaque jour comme elles le peuvent, avec les ressources qu’elles ont à leur disposition.

Je vois là une sorte de dimension écologique et critique à l’égard de la société actuelle. Une sorte de projection dans le futur de ce qui pourrait arriver si nous continuions sur le même modèle de consommation. Et on le voit très bien avec Nell et Eva : elles ont toujours connu un toit sur leur tête, le chauffage, l’électricité, la nourriture à profusion, internet, … et finalement, lorsque la société s’effondre petit à petit, il faut apprendre à se passer de choses que l’on considère auparavant comme essentiel.

C’est drôle parce qu’au moment où je lisais ce roman, je me suis retrouvée privée d’eau. Et simplement avec cette dimension-là en moins, je me suis rendue compte à quel point cela bouleversait mon quotidien. Ne plus pouvoir ouvrir le robinet directement pour boire, pour me laver et autre. Et ce n’était que l’eau. A côté de ça, j’avais l’électricité, internet, et tout le reste ! Mais je me retrouvais tout de même à faire très attention à la moins goutte d’eau ! Et j’imaginais alors Eva et Nell complètement démunies, à tenter de manger la moindre herbe comestible pour survivre.

Je crois que d’une certaine manière et si je suis déjà quelqu’un qui fait plutôt attention à sa consommation, ce roman me sensibilise d’autant plus à cette problématique de la sur-consommation. On ne se rend plus compte de la chance que nous avons d’avoir autant de ressources, sans avoir à lever le petit doigt ou presque. A moins d’être dans le milieu de l’agriculture, nous nous retrouvons rarement à devoir cultiver nos fruits et légumes et céréales pour manger.

Ici, les filles sont confrontées de la plus brutale des manières à cette effondrement de la société. Elles passent d’une extrême à l’autre et en plus, sont obligées de le faire sans la présence de leurs parents.

Dans la forêt n’est pas juste un roman, c’est bien plus que cela, d’où ma difficulté à formuler un avis structuré et cohérent (je m’en excuse d’ailleurs). C’est tout d’abord un roman d’apprentissage fort, où l’on suit les deux filles dans cette quête de survie. Elles apprennent chaque jour un peu plus à survivre, par tous les moyens. Mais c’est aussi une magnifique histoire de relation familiale. Rien n’est plus beau et puissant que ces deux sœurs livrées à elles-mêmes, dans cette forêt et exposées aux dangers. Le lien qui les unit se déforme en tous sens mais finalement, reste bien présent.

Si ce roman est d’une certaine manière une critique de l’humain et de la société humaine, c’est également un éloge à l’humanité. C’est un peu contradictoire, mais c’est exactement ça. L’autrice met l’humain au cœur du roman : dans sa manière de vivre, de penser, d’évoluer, de tisser des liens. Et on se rend compte qu’en tant qu’humain nous avons tant de ressources insoupçonnées !

C’est un roman qui est aussi très sauvage, dans tous les sens du terme. Que ce soit pour son immersion, dans cette forêt ; pour cette confrontation avec toute la réalité de la nature justement qui est sans pitié ; pour ce retour à l’instinct premier des hommes qui plongés dans une situation de survie sont prêts à tous les sacrifices. Nell et Eva, se retrouvant sans nourriture, ni eau, repoussent des limites qu’elles n’auraient jamais imaginé.

Quand j’ai eu refermé la dernière page du roman, voilà ce que j’ai pensé précisément : « c’est un peu déprimant ce bouquin tout de même » et quelques secondes seulement après, avoir pensé « mais c’est tellement fort, puissant et beau d’une certaine manière ». Voilà donc ce qui m’a traversé l’esprit à la fin de ma lecture et je pense que c’est la manière la plus juste de représenter mon avis à propos de ce roman.

Avant de conclure, je souhaite dire quelques mots sur la plume de l’autrice. C’était la première fois que je lisais un roman de Jean Hegland et je suis ravie de l’avoir fait, notamment pour sa plume absolument splendide. Les mots sont parfaitement à leur place, si bien agencés les uns avec les autres. C’est poétique autant que puissant. Il y a un vrai travail dans ces mots je trouve ! Et je pense que ce travail est en partie celui de la traductrice qui a su retranscrire l’essence du livre et des phrases !

En somme, et si même après avoir rédigé cet avis, je suis toujours autant chamboulée par cette lecture, je ne peux que vous inviter à découvrir ce roman à votre tour. La quatrième de couverture mentionne « un choc littéraire » et je pense que c’est ce qui se rapproche peut-être le plus de mon ressenti à l’instant présent.

Ma note : je préfère ne pas mettre de note à ce roman car elle ne serait absolument pas représentative.

Lu dans le cadre du Shiny Summer Challenge (Menu Orage d’été – Catégorie Se rafraîchir en plein cagnard)

Bilan Livresque de Juillet

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien !

Le mois de Juillet touche déjà à sa fin. Je le disais auparavant avec désespoir car je me rapprochais inexorablement de la rentrée mais cette année, n’ayant pas de vacances, ou tout du moins une petite semaine de vacances très tardive à la fin août, ce n’est pas le même ressenti qu’habituellement !

Il est donc venu le moment de faire le bilan de mes lectures du mois qui vient de s’écouler. Ce fut un mois très très chargé personnellement et professionnellement, donc avec très peu de temps pour lire malheureusement. Mais au final, je suis plutôt satisfaite de ce bilan. Je suis parvenue à lire un total de 12 livres, dont 6 bandes dessinées. Donc ce n’est finalement pas aussi catastrophique que ce que je l’avais imaginé ! Niveau qualité, il y a eu de tout, du très bon et du très mauvais, du surprenant et du décevant, donc ça s’équilibre en fin de compte, si je puis dire !

Sans plus tarder, voici les livres en question :

  • The Hawthorne Legacy T2 (VO), de Jennifer Lynn Barnes : après un tome 1 des plus addictifs et une fin qui m’avait donné plus qu’envie de découvrir la suite, je peux dire que le tome 2 est à la hauteur de mes attentes ! J’ai de nouveau été happée par l’intrigue et les pages ont défilé sous mes doigts ! Chronique complète
  • Love & Gelato, de Jenna Evans Welch : après une grosse déception pour le film, la lecture du roman fut certes un peu plus satisfaisante mais cela reste pas transcendant. Il y aurait eu de quoi en faire une très belle histoire mais c’est trop superficiel parfois, et trop niais et jeunesse pour moi pour que cela soit réellement touchant. Chronique à venir
  • Les MILFS au Pérou, de Elodie Loisel (non présent sur la photo, je ne sais plus où je l’ai rangé ahah) : malheureusement, cela ne l’a pas fait du tout pour moi avec ce roman… Je ne m’étalerai pas plus sur le sujet et je n’ai de ce fait pas rédigé de chronique
  • Un si petit oiseau, de Marie Pavlenko : sans hésitation aucune le roman que j’ai préféré ce mois-ci. C’était une très belle histoire de résilience, de liens sociaux, le tout en traitant d’un sujet fort et peu commun dans la littérature, notamment jeunesse. Petit coup de cœur pour ce roman. Chronique complète
  • Dans la forêt, de Jean Hegland : voici un roman qui sort de l’ordinaire et encore, le mot est faible ! Ce n’est pas du tout le genre de romans auxquels je suis habituée et pour autant, je ressors de cette lecture particulièrement chamboulée, sans pouvoir mettre toutefois le doigt sur mon ressenti précis. Toutes les facettes et toutes les émotions de ce roman se mélange en moi. Une chose est sûre, j’ai été sensible à ce roman. Chronique à venir
  • L’Utopie, de Thomas More : pour ma culture personnelle, je suis contente d’avoir enfin lu ce livre, même si ce ne fut pas le livre le plus passionnant de ma vie. Chronique complète
  • La Rose Écarlate, de Patricia Lyfoung Tome 1 à tome 6 (non présent sur la photo) : ravie de m’être de nouveau plongée dans cette bande dessinée qui a bercé mon adolescence. Je suis toujours autant emballée par l’histoire et par l’aventure que nous propose l’autrice ! Chronique complète

Concernant les challenges littéraires, je participe actuellement au Shiny Summer Challenge :

  • The Hawthorne Legacy : Menu Été ensoleillé – Catégorie Un carré jaune sur un océan bleu
  • Les MILFS au Pérou : Menu Orage d’été – Catégorie Ça va barder
  • L’Utopie : Menu Chaud et ardent – Catégorie La flamme intérieure
  • La Rose Écarlate : Menu Sable Chaud – Catégorie Une oasis dans le désert
  • Dans la forêt : Menu Orage d’été – Catégorie Se rafraîchir en plein cagnard

C’est Lundi que lisez-vous #56

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien !

Aujourd’hui, je vous retrouve pour ce cinquante-sixième numéro de C’est lundi que lisez-vous, le rendez-vous désormais incontournable de la blogosphère qui consiste à faire un bilan des lectures passées, en cours et à venir. 

Voici donc sans plus tarder mon bilan 😊

Lectures passées

Voici un roman que j’ai lu dans le cadre du Shiny Summer Challenge et qui aurait pu demeurer encore longtemps dans ma PAL si ce n’était pas pour ce challenge. Cela dit, je suis ravie de l’en avoir sorti. Je termine cette lecture avec un sentiment assez indescriptible, tant ce roman est incomparable aux autres romans que j’ai pu lire. Chronique à venir prochainement

Après avoir visionné le film et ne pas avoir accroché du tout, je voulais découvrir le roman. En effet, ce dernier est plutôt assez différent de son adaptation mais l’on retrouve tout de même beaucoup d’éléments. Si le livre se veut plus sensible et plus profond sur certains aspects, je déplore malgré tout une certaine superficialité. On ne fait qu’effleurer les choses sans aller plus loin… Dommage car il y avait vraiment matière à en faire un roman super ! Chronique à venir prochainement

Lectures en cours

Même si le roman est toujours en cours, j’ai enfin pu avancer de manière plus significative dans ma lecture ! De part mon attachement à ces deux personnages, j’en attends beaucoup de ce volet, et j’avoue que pour le moment, je ne suis pas satisfaite. Je vais faire la même critique que pour les autres romans : le schéma est toujours le même et c’est assez incohérent pour le coup ! Heureusement qu’un élément vient relever un peu les choses dans ce quatrième tome, mais personnellement, je suis déçue pour le moment. J’attends grandement son adaptation en série en revanche !

Après lu Numéro deux et bien accroché avec le style de l’auteur, je décide de renouveler l’expérience avec ce court roman que l’on m’a recommandé, notamment pour son côté tout à fait loufoque et original ! Pour le moment, et même si je n’ai pas lu grand chose, je confirme ces deux aspects ! J’ai hâte de voir où ce roman va me mener.

Ravie de commencer enfin ce roman qui me faisait tant envie ! Pour le moment, j’accroche bien avec les personnages, le cadre puisque l’histoire se déroule à Londres, le tout sur fond de Deuxième Guerre mondiale, un sujet que j’apprécie dans la littérature, même si pas des plus gais.