The Rest of the Story – Sarah Dessen

Capture d’écran 2020-05-15 à 15.38.41

 

Titre : The Rest of the Story

Titre original : The Rest of the Story

Auteure : Sarah Dessen

Éditeur : Harper Collins

Date de publication : 2019

Nombre de pages : 440

 

 

Quatrième de couverture

Emma Saylor doesn’t remember a lot about her mother, who died when Emma was twelve. But she does remember her mum’s stories about the big lake.

Now it’s just Emma and her dad, until Emma is sent to spend the summer with her mother’s family, who she hasn’t seen for years. When Emma arrives, she realises her mother grew up in working class North Lake, while her dad spent summers in the wealthier Lake North resort. The more time Emma spends there, the more it feels like she is divided into two people. To her father, she is Emma. To her new family, she is Saylor, the name her mother called her.

Then there’s Roo, the boy who was her best friend when she was little. Roo holds the key to her family’s history, and slowly he helps her put the pieces together about her past.

For Emma Saylor, it’s like a whole new world is opening up. But when it’s time to go back home, which side of her – Emma or Saylor – will win out?

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien ! 

Aujourd’hui, je vous parle du roman The Rest of the Story, le dernier né de Sarah Dessen. J’avais hâte de me plonger dans cette histoire ! 

Tout d’abord, nous faisons la rencontre de Emma Saylor, une fille de 17 ans, qui a perdu sa mère alors qu’elle n’avait que 12 ans. Ce drame l’a profondément affecté mais elle parvient à aller de l’avant et à rester forte, bien que ce ne soit pas évident tous les jours, notamment quand elle va aller à la découverte de son passé et plus précisément de celui de sa mère. Je me suis tout de suite attachée à ce personnage dès les premières pages. Malgré l’événement traumatisant qui vient de survenir dans sa vie, Emma est une jeune fille empreinte d’une grande joie de vivre. 

D’autres personnages font peu à peu leur apparition au fil du récit. Je pense notamment à la famille qu’Emma va découvrir. Que ce soit ses cousines ou ses grands-parents, j’ai trouvé qu’ils étaient tous attachants à leur manière, même si au départ, certains éprouvent des réticences lors de l’arrivée de cette quasi-étrangère dans leur vie. 

Il y a également Roo, un jeune homme du même âge qu’Emma. Si elle est bien incapable de se souvenir de la moindre chose, Roo connaît la jeune fille et bientôt, ils ne vont pas tarder à renouer avec la complicité qui les liait autrefois. J’ai également beaucoup apprécié ce personnage attentionné et généreux, qui a à coeur le bonheur de ses proches. 

Concernant l’histoire en elle-même, elle aurait pu être des plus classiques mais l’auteure a su apporter un petit quelque chose en plus qui fait que j’ai beaucoup apprécié cette histoire. J’ai aimé comment l’histoire d’Emma était emmenée dans le récit. Ensuite, nous découvrons le lac et ses environs. Je me suis tout de suite sentie bien dans ce décor, avec un air de vacances. C’était très agréable de suivre l’histoire dans un cadre si agréable. 

J’ai adoré découvrir le passé d’Emma/Saylor en même temps qu’elle et ainsi comprendre au fur et à mesure certaines choses et enfin pouvoir assembler toutes les pièces du puzzle de sa vie. C’était des moments hors du temps, empreinte de poésie et d’émotions. 

Ainsi, ce roman fut une très belle lecture. Je n’ai eu aucun mal à me laisser embarquer dans cette histoire aux côtés de ses personnages si attachants. Une fois de plus, Sarah Dessen a été à la hauteur de mes attentes ! 

Ma note : 14/20

 

Confess – Colleen Hoover

Capture d’écran 2020-04-22 à 20.51.51.png

 

Titre : Confess

Titre original : Confess

Auteure : Colleen Hoover

Éditeur : Pocket (initialement Hugo Roman)

Date de publication : 2017

Nombre de pages : 344

 

 

Quatrième de couverture

Ce qu’il faut leur dire ? Ce qu’il faut taire ? Chacun de leur côté, Auburn et Owen charrient le poids d’un lourd passé. Elle, jeune femme fonceuse, est bien décidée à saisir sa chance. Lui, artiste insaisissable, tire ses tableaux des confidences des autres. Lorsque, par hasard, Auburn pénètre dans la galerie d’Owen et s’y fait embaucher, l’attirance est immédiate. Mais l’ombre des non-dits s’invite bientôt dans leurs rapports. Quant à une confession, elle les condamnerait sans doute à jamais…

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien ! 

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler de Confess. Il s’agit de mon cinquième roman de Colleen Hoover que je lis et je suis toujours aussi séduite par la plume de cette auteure. 

Dans ce roman, nous faisons la rencontre de Auburn, une toute jeune femme que la vie n’a pas épargnée. Je me suis tout de suite prise d’affection pour ce personnage que j’avais envie de protéger et de réconforter. Malgré ce passé, Auburn est pleine de vie. Elle est prête à tout et n’hésite pas une seconde à faire passer le bonheur de ceux qui comptent pour elle avant le sien. 

De l’autre côté, nous rencontrons Owen, un artiste peintre de 21 ans, tout juste plus âgée qu’Auburn. J’ai aussi immédiatement apprécié ce jeune homme. J’ai aimé sa fibre artistique et sa manière d’appréhender l’art. Je l’apprécie également pour ce qu’il apporte à Auburn, comme un apaisement profond lorsqu’il est avec elle. 

Concernant l’histoire en elle-même, elle aurait pu être relativement classique mais l’auteure a su faire en sorte que ce ne soit pas le cas, bien au contraire. C’est une très belle histoire bien que complexe, qui pose la question des relations que nous entretenons avec notre entourage. Ce que j’ai beaucoup apprécié, c’était toute la poésie qui se dégageait de ce livre. Cela passe notamment par le fait qu’Owen est artiste. Mais un artiste unique, qui a sa manière à lui de voir les choses. J’ai adoré les confessions liées aux tableaux. 

La poésie transparait également à de nombreux reprises en dehors des peintures d’Owen. Ce sont des détails qui peuvent parfois sembler insignifiants mais qui, mis bout à bout, font de cette histoire ce qu’elle est. On découvre ici une histoire d’amour étonnante mais profondément belle et sincère, emplie de bienveillance entre les deux personnages. 

Enfin, j’ai adoré la fin ! Je ne m’y attendais absolument pas mais j’ai été très agréablement surprise par la conclusion qu’a choisi l’auteure. Au final, je crois que je ne pouvais pas rêver d’une meilleure fin pour ce roman. Une fin toute en poésie, tout comme le reste de l’histoire ! 

Ma note : 15/20

Le Cupcake Café sous la neige – Jenny Colgan

Capture d’écran 2020-04-21 à 10.31.12.png

 

Titre : Le Cupcake Café sous la neige

Titre original : Christmas at the Cupcake Café

Auteure : Jenny Colgan

Éditeur : Pocket (initialement Prisma)

Date de publication : 2019

Nombre de pages : 377

 

 

Quatrième de couverture

Depuis qu’elle a ouvert son Cupcake Café à Londres, Izzy n’a plus une seconde de répit. À l’approche de Noël, quand la ville scintille de guirlandes colorées et que flotte dans l’air un doux parfum de gingembre et de cannelle, les commandes affluent et c’est encore pire. Alors qu’elle comptait sur son petit ami Austin pour la réconforter, celui-ci apprend qu’il a décroché un poste à New York. La jeune femme voit son univers douillet et gourmand se fissurer. Comment ignorer les milliers de kilomètres qui séparent le couple ? Une chose est sûre : armée de sa bonne humeur et de sa poche à douille, Izzy est prête à tout pour que la magie de Noël opère une fois encore…

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien ! 

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler du livre Le Cupcake Café sous la neige, deuxième de la duologie. Ayant bien apprécié le premier tome, j’ai aussitôt commencé la suite ! 

J’ai retrouvé les personnages avec grand plaisir. Qu’il s’agisse de Izzy, l’héroïne, d’Austin, ou des autres, je me suis attachée à chacun d’entre eux, avec leurs personnalités propres et intéressantes. J’avais hâte de poursuivre l’aventure à leurs côtés et de découvrir ce qu’allait leur réserver l’avenir. 

Tout d’abord, concernant l’histoire, de nouveau obstacles viennent se dresser sur le chemin d’Izzy. Alors que tout semblait aller pour le mieux, le destin a visiblement décidé de compliquer un peu les choses pour la jeune femme. C’était plaisant de voir ces nouvelles aventures ! 

En revanche, en ce qui concerne les personnages et alors que je les appréciais sincèrement jusque-là, j’ai trouvé qu’à un certain moment dans le livre, ils avaient soudainement des réactions étranges, relativement égoïstes, que je n’ai absolument pas comprises. J’ai parfois même eu l’irrépressible envie de les baffer pour leur comportement, tant ils m’énervaient ! 

Toutefois, après ce passage, ils redeviennent comme avant, comme s’ils retrouvaient leurs esprits après une mauvaise passe. Et finalement, j’ai trouvé la fin jolie et mignonne et qui correspondait très bien à l’idée d’ensemble que je m’étais faite de la saga. 

Si je devais comparer, je dois avouer que j’ai assez largement préféré le tome 1 ! 

Ainsi, c’est une jolie série agréable à lire et réconfortante dans l’ensemble. Je vous invite donc à la découvrir ! 

Ma note : 12/20

 

Les Hauts de Hurlevent – Emily Brontë

Capture d’écran 2020-05-12 à 14.11.03.png

 

Titre : Les Hauts de Hurlevent

Titre original : Wuthering Heights

Auteure : Emily Brontë

Éditeur : Le Livre de Poche

Date de publication : 2011

Nombre de pages : 383

 

 

Quatrième de couverture

Adopté par la famille Earnshaw, Heathcliff est élevé dans le domaine de Wuthering Heigts. À la mort de son père, il est réduit au rôle de domestique. Seule la jeune Cathy Earnshaw lui permet de supporter les mauvais traitements et les insultes. Devenus inséparables, ils éprouvent bientôt l’un pour l’autre une passion dévorante. Mais les règles de la société condamnent leur relation. Heathcliff en gardera une blessure profonde. De celles qui inspirent un sentiment de vengeance.

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien ! 

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de très célèbre roman Les Hauts de Hurlevent que j’ai enfin lu après qu’il ait traîné des années sur les étagères de ma bibliothèque. 

Tout d’abord, commençons par le commencement avec les personnages. Ce que j’ai apprécié chez eux, c’était leur personnalité complexe. Bien loin de personnages superficiels, Brontë a su recréer toute la complexité de l’esprit humain à travers eux. Ils sont très bien travaillés, tout en détail et en profondeur. 

Je pense notamment au personnage d’Heathcliff, figure centrale du roman. Sa manière de penser est très bien dépeinte à travers ses actions, sa manière de se comporter. J’ai trouvé que ce personnage était à la fois détestable à certains moments et à d’autres, je ne pouvais m’empêcher de ressentir de l’affection à son égard. Il n’agit pas sans raison mais mû par un irrépressible désir de vengeance, comme une revanche sur la vie, sur les autres. C’est un personnage entier qui ne fait pas les choses à moitié. Et son désir semble plus fort que tout. 

De l’autre côté, nous avons Catherine, qui est au départ une jeune fille. Contrairement au reste de sa famille, son esprit et son coeur ne sont pas entravés par les dictats de l’époque, notamment concernant les différences de classe sociales ou de couleur de peau. Catherine se prend alors d’affection pour cet orphelin recueilli par son père. Ce qui n’est pas le cas de son frère Hindley qui va nourrir pour lui une haine sans merci, effrayé de perdre les faveurs de son père. 

Ce que j’ai trouvé frappant dans ce roman, c’était la puissance des sentiments que les personnages pouvaient éprouver. On voit sous nos yeux les sentiments évoluer, se transformer. Qu’il s’agisse d’amour, de passion, de haine, de jalousie, tous ses sentiments sont retranscrits à la perfection. On voit comment certains sentiments peuvent être insidieux et affecter certains comportements. 

Concernant l’histoire et pour moi qui ne suis pas du tout une fan de littérature classique, j’ai trouvé ce récit très prenant et j’ai eu du mal à lâcher le livre avant d’en connaître la finalité, de savoir où l’auteure voulait en venir. Je n’ai d’ailleurs jamais lu un classique aussi rapidement car je l’ai dévoré en trois jours. 

Emily Brontë nous livre ici une incroyable histoire d’amour et de passion entre Catherine et Heathcliff. Une passion dévorante, qui les consume tous deux. Mais malheureusement, Catherine va être rattrapée par les apparences et les quand-dira-t-on et ne pourra s’empêcher d’accepter d’épouser Linton, un homme qui lui assura une stabilité financière et lui permettra de vivre dans l’opulence; ce que ne pouvait pas lui offrir Heathcliff. En dépit de ses sentiments pour lui, elle rejette Heathcliff, ce qui n’aura que des conséquences négatives pour la suite car il était le seul être à l’aimer éperdument, sincèrement. 

Par ailleurs, ce récit complexe mais bien pensé est accompagné de descriptions très précises et d’un grand réalisme. Elles sont parfaitement dosées pour ne pas nuire au récit en l’encombrant d’inutilités ou en ralentissant le rythme, ce qui aurait été dommageable. 

Enfin, je ne peux finir cette chronique sans dire un mot sur l’écriture de l’auteure. Sa plume est splendide, d’une fluidité incroyable et empreinte d’une grande poésie. Les pages se tournaient sous mes doigts à une vitesse folle, jusqu’à la dernière page. 

Cela dit, si j’ai apprécié cette lecture, j’ai eu un drôle de sentiment en refermant le livre. J’étais bien incapable de mettre des mots précis sur mon ressenti ou de dire si j’avais aimé ou non ce roman. Je suis toujours d’ailleurs un peu perplexe aujourd’hui. Peut-être qu’une relecture dans quelques temps me permettra d’y voir plus clair. 

Ainsi, en lisant enfin cet ouvrage, j’ai pu comprendre les éloges faits à son sujet, le plaçant dans la catégorie des livres incontournables, car pour la première fois, je n’ai pas détesté un classique, et j’ai même trouvé cette lecture très plaisante. Je ne peux donc que vous conseiller de le lire à votre tour ! 

Ma note : 13/20

La Dernière Étoile – Rick Yancey

Capture d’écran 2020-04-21 à 10.12.39.png

 

Titre : La Dernière Étoile

Titre original : The Last Star

Auteur : Rick Yancey

Éditeur : Robert Laffont

Date de publication : 2016

Nombre de pages : 432

 

 

Quatrième de couverture

1re vague : Extinction des feux.
2e vague : Déferlante.
3e vague : Pandémie.
4e vague : Silence.
À l’aube de la 5e vague…
Ils sont parmi nous. Ils sont dans leur vaisseau. Ils sont nulle part. Ils veulent la Terre. Ils veulent qu’elle nous revienne. Ils sont venus nous exterminer. Ils sont venus nous sauver…
Cassie a été trahie. Ringer aussi. Et Zombie. Et Nugget. Et les 7,5 milliards d’humains qui peuplaient notre planète. Trahis d’abord par les Autres, et maintenant par eux-mêmes.
En ces derniers jours, les rares survivants sur Terre se retrouvent confrontés au dilemme ultime : sauver leur peau… ou sauver ce qui les rend humains.

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien ! 

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler de La Dernière Étoile, le troisième et dernier volet de la saga de La Cinquième Vague. Après une lecture plutôt satisfaisante du tome précédent, j’avais hâte de découvrir la fin. 

J’étais ravie de retrouver les personnages et de poursuivre l’aventure à leurs côtés. C’est d’autant plus agréable que désormais nous les connaissons plus en profondeur. On comprend donc pourquoi il s’agisse de telle ou telle manière, par rapport à ce qu’ils ont traversé ou par rapport à leur manière d’être. J’ai notamment apprécié de voir que Cassie se révélait encore davantage dans ce tome. C’est une jeune fille extrêmement courageuse et audacieuse, qui n’hésite pas à se mettre en danger au péril de sa vie pour sauver des vies et notamment celle de son petit-frère, seul membre de sa famille qu’il lui reste. 

Du côté de l’histoire, la trame se poursuivit par rapport au tome 2 dans une belle continuité. Il y a toujours autant d’actions, ce qui fait que l’on ne s’ennuie jamais ! Le suspense est également très bien entretenu, rendant parfois certaines situations à la limite du supportable. Les révélations sont aussi très importantes dans ce récit. Elles sont très bien insérées, à des moments opportuns et ne ralentissent en aucun cas le récit. 

Concernant la fin, j’ai trouvé que celle-ci concluait très bien la saga ! C’était certes une conclusion inattendue pour moi mais finalement, elle faisait sens et je suis donc entièrement satisfaite de cette fin proposée par l’auteur. 

Ainsi, si je n’ai pas apprécié le premier tome, les deux autres m’ont laissé une meilleure impression. Toutefois, je ressors de cette lecture quelque peu perplexe, incapable de dire si j’ai vraiment aimé ou non cette histoire. C’est un bien étrange sentiment que je ressens…

Je vous encourage toutefois à lire cette saga si vous ne la connaissez pas encore ! 

Ma note : 13/20

 

An Absolutely Remarkable Thing – Hank Green

Capture d’écran 2020-04-20 à 11.50.21.png

 

Titre original : An Absolutely Remarkable Thing

Auteur : Hank Green

Éditeur : Dutton

Date de publication : 2018

Nombre de pages  : 338

 

 

 

Quatrième de couverture

THE CARLS JUST APPEARED.

Roaming through New York City at three a.m, twenty-three-year-old April May stumbles across a giant sculpture. Delighted by its appearance and craftsmanship – like a ten-foot-tall Transformer wearing a suit of samurai armor – April and her best friend, Andy, make a video with it, which Andy uploads to YouTube. The next day April wakes up to a viral video and a new life. News quickly spreads that there are Carls in dozens of cities around the world – from Beijing to Buenos Aires – and April, as their first documentarian, finds herself at the center of an intense international media spotlight.

Seizing the opportunity to make her mark on the world, April now has to deal with the consequences her new particular brand of fame has on her relationships, her safety, and her own identity. And all eyes are on April to figure out not just what the Carls are, but what they want from us.

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien ! 

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler de An Absolutely Remarkable Thing, un roman qui était dans ma PAL depuis plus d’un an. Ne sachant trop quoi lire, je me suis dit que ce livre serait une bonne idée et je me suis donc lancée sans plus attendre. 

Dans ce roman, nous partons à la rencontre de April, une jeune femme de 23 ans qui vit à New York. Un soir ou plutôt une nuit, alors qu’elle rentre particulièrement tard du travail, elle tombe sur une étrange statue dans la rue. Elle décide d’appeler son meilleur ami et de filmer leur découverte, sans savoir que dès le lendemain, la vidéo serait devenue virale. 

J’ai bien apprécié les personnages qui étaient originaux et sympathiques, mais si je trouve que je gardais tout de même une certaine distance avec eux. On apprend à les connaître mais pas en profondeur ce qui crée certainement cette distance. 

Ce que j’ai le plus aimé dans ce roman, c’est bien évidemment l’intrigue qui est des plus originales, je dirai même complètement folle et délirante mais c’est ce qui donne envie de lire et surtout de poursuivre notre lecture. Ces statues, des éléments simples et auxquels on ne prête parfois que peu d’attention, vont ici devenir le théâtre d’événements étranges et déstabilisants pour le monde entier. 

J’ai beaucoup aimé tout le mystère entourant ces statues. Chaque fois, un élément nouveau est rajouté ce qui fait que l’on se creuse en permanence les méninges pour tenter de trouver une explication à tout cela. J’ai adoré tous les petits détails que l’auteur a pris soin d’insérer dans son texte. Qu’il s’agisse de détails scientifiques, musicaux ou autre, cela rajoute une autre dimension au récit ! On est bien maintenu en haleine tout au long du livre. 

Toutefois, si je dois émettre un point négatif quant à ce livre, cela porterait uniquement sur la fin. Je m’attendais à une fin complètement différente, ou tout du moins, je m’attendais à être surprise et finalement rien de tout cela. J’ai donc été profondément déçue par la tournure que prenaient les événements dans les dernières pages. Je n’ai d’ailleurs pas compris l’intérêt d’une telle fin… Mais après tout, ce n’est que mon avis personnel !

Ainsi, ce roman fut une lecture très agréable et j’avais souvent du mal à lâcher le livre tant j’avais envie d’en savoir plus ! La fin ne m’a néanmoins pas du tout convaincue … 

Ma note : 12/20

 

Extras T4 – Scott Westerfeld

Capture d’écran 2020-03-02 à 17.13.15.png

 

Titre : Extras

Titre original : Extras

Auteur : Scott Westerfeld

Éditeur : Simon Pulse

Date de publication : 2011

Nombre de pages : 399

 

 

Quatrième de couverture

A few years after rebel Tally Youngblood takes down the Specials regime, a cultural renaissance sweeps the world. « Tech-heads » flaunt their latest gadgets, « kickers » spread gossip and trends, and « surge monkeys » are hooked on extreme plastic surgery. Popularity rules, and everyone craves fame. Fifteen-year-old Aya Fuse is no exception But Aya’s face rank is so low, she’s a total nobody. An extra. Her only chance at stardom is to kick a wild and unexpected story. Then she stumbles upon a big secret. Aya knows she is on the cusp of celebrity. But the information she is about to disclose will change both her fate… and that of the brave new world.

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien ! 

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler d’Extras, quatrième et dernier volet de la saga Uglies écrite par Scott Westerfeld. Si le troisième tome m’avait quelque peu déçue et laissée sur ma faim, l’auteur s’est toutefois rattrapé avec Extras en proposant un regard nouveau sur cette histoire. 

Au départ, je dois avouer que j’étais un peu sceptique quant au fait d’introduire de nouveaux personnages à ce stade de l’histoire, après trois livres consacrés aux aventures de Tally et ses amis. Mais, finalement, je m’y suis rapidement faite et j’ai apprécié de laisser les anciens personnages de côté pour faire notamment la rencontre d’Aya. 

Concernant le récit en lui-même, j’ai trouvé que ce tome reprenait des problématiques très actuelles et qu’elles étaient abordées sous un angle intéressant. En effet, nous découvrons une société basée sur l’apparence physique et sur la popularité liée aux réseaux sociaux. Cela reflète parfaitement la société dans laquelle nous vivons actuellement. L’auteur parvient bien à en montrer les inconvénients et les dérives, sans pour autant tomber dans le cliché. 

Si j’avais toutefois un point négatif à émettre, ce serait concernant un des éléments-clés du roman, à savoir les êtres étranges dont Aya va faire la rencontre. J’ai vraiment eu du mal avec ce point et j’en suis restée très dubitative pour le coup. Je vois bien l’intérêt pour le roman, le tournant que cela apporte mais cela ne m’a clairement pas enthousiasmé. J’aurais aimé autre chose, je pense…

Ainsi, j’ai bien aimé ce roman qui clôt bien la saga, mais sans plus. Ce n’est pas transcendant selon moi …

Ma note : 11,5/20