Et je danse aussi – Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

Capture d’écran 2020-01-01 à 19.16.34.png

 

Titre : Et je danse aussi

Auteurs : Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

Éditeur : Pocket (initiallement Fleuve Éditions)

Date de publication : 2015

Nombre de pages : 310

 

 

 

Quatrième de couverture

Un mail comme une bouteille à la mer. D’ordinaire, l’écrivain Pierre-Marie Sotto ne répond jamais aux courriers d’admirateurs. Mais cette Adeline Parmelan n’est pas ne « lectrice comme les autres ». Quelque chose dans ses phrases, peut-être, et puis il y a cette épaisse et mystérieuse enveloppe qu’elle lui a fait parvenir – et qu’il n’ose pas ouvrir. Entre le prix Goncourt et la jeune inconnue, une correspondance s’établit qui en dévoile autant qu’elle maquille, de leurs deux solitudes, de leur secret commun…

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien ! 

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler d’un livre que j’ai découvert complètement par hasard dans la bibliothèque de ma mère. Le nom des deux auteurs m’a immédiatement interpellé car il s’agit de deux auteurs dont j’ai déjà lu certains livres et que j’avais beaucoup aimé ! Alors les deux ensemble, quoi de mieux ? Ce livre s’intitule Et je danse aussi de Jean-Claude Mourlevat et d’Anne-Laure Bondoux. 

Commençons cette chronique par les personnages principaux. Dès les premières pages, nous faisons la rencontre de Pierre-Marie Sotto, un célèbre écrivain d’une soixantaine d’années souffrant en quelque sort du syndrome de la page blanche depuis quelques temps. De l’autre côté, nous avons Adeline Parmelan, une femme dans sa trentaine, grande amatrice des ouvrages de Pierre-Marie Sotto. 

Leur rencontre va se faire au travers d’un échange de mails qui ne débute d’ailleurs pas sous les meilleurs auspices mais notre célèbre auteur va finalement trouver dans cette femme quelque chose de suffisamment mystérieux pour avoir envie de poursuivre la discussion. 

J’ai beaucoup aimé la relation qui va se développer au fur et à mesure des pages entre ces deux personnages. Ils se révèlent chacun avec une personnalité très atypique et on ne peut que s’attacher à eux. Leur relation et surtout l’évolution de leur relation est très intéressante. Adeline et Pierre-Marie sont deux personnes entières, faisant preuve d’une grande sincérité l’un envers l’autre et ils ne se cachent que rarement leur manière de penser. 

Concernant l’histoire en elle-même, j’ai tout de suite plongé dans l’intrigue proposée par le couple d’auteurs. Dès les premières pages, on sent tout de suite que quelque chose se cache derrière tout ça. J’ai trouvé que le mystère était très bien entretenu tout au long du roman. On est vraiment maintenu en haleine. J’avais très envie de découvrir la vérité, de démêler le vrai du faux. 

J’ai également trouvé que ce roman était très original et frais, qui change de ce que l’on peut lire habituellement. 

Enfin, petite remarque mais non des moindres qui concerne la manière dont est écrit le roman. J’ai trouvé que l’écriture était tout simplement magnifique ! Chaque mot est choisi avec précision, comme s’il prenait la place qui lui était destiné. Toutes les phrases sont magnifiquement tournées, très souvent de manière imagées et poétiques, pour mon plus grand bonheur en tant que lectrice ! 

Ainsi, je vous invite vivement à découvrir ce petit livre tout en émotions ! 

Ma note : 14/20

 

On ne badine pas avec l’amour – Alfred de Musset

Capture d’écran 2020-01-01 à 19.06.49.png

 

Titre : On ne badine pas avec l’amour

Auteur : Alfred de Musset

Éditeur : Pocket

Date de publication : 1834

Nombre de pages : 88

 

 

Quatrième de couverture

Deux jeunes gens intelligents, cultivés, sensibles se retrouvent après dix ans de séparation dans le giron familial où ils ont vécu ensemble leurs années d’enfance. Tout est préparé pour fêter ces retrouvailles… Pourtant, une lutte cruelle et impitoyable va s’engager. Chacun va chercher à éprouver la vérité de l’autre, au lieu de s’abandonner aux élans de son cœur et à l’intuition de ses sens. À l’épreuve de cette vérité, les masques tombent : les notables sombrent dans le ridicule, tandis que les jeunes héros vont faire, dans le malheur, l’expérience de l’ouverture inconditionnée à l’amour.
Décidément, l’amour n’est pas un sujet de comédie…

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien ! 

Aujourd’hui, je vous présente un classique de la littérature. Il s’agit de On ne badine pas avec l’amour d’Alfred de Musset. Je m’étais fixée comme objectif cette année de livres davantage de livres classiques et je suis plutôt en bonne voie, même si je vous l’accorde, je pourrais faire un peu mieux ! 

J’ai donc choisi ce petit livre, une courte pièce de théâtre, que j’avais très brièvement étudiée durant mes études littéraires et qui m’avait intriguée. Je me suis donc lancée sans hésitation mais sans attente particulière. Et je dois dire que je n’ai pas été déçue ! 

Nous faisons ainsi la rencontre de Perdican et de sa cousine Camille, de jeunes gens que le père de Perdican est bien décidé à unir. 

J’ai bien aimé la manière dont est traité la relation entre les deux personnages principaux. L’amour est forcément perçu différemment car cette pièce a été écrit il y a bien longtemps mais malgré tout, j’ai trouvé qu’il y avait de nombreux éléments auxquels on peut toujours se raccrocher aujourd’hui. 

Camille a été élevée dans un couvent où la religion prime sur toute autre chose, y compris l’amour. Elle est donc persuadée qu’aimer ne lui apportera que chagrin et préfère se tourner entièrement vers Dieu, le seul qui ne lui fera jamais de mal. Elle fait d’ailleurs tout pour s’en convaincre et convaincre Perdican par la même occasion. 

J’ai trouvé cette relation, bien que particulière, très belle. Ce sont deux jeunes gens, convaincu chacun de leur côté du bien-fondé de leurs convictions mais qui vont se retrouver malgré tout sur le terrain de l’amour. Ils ne vont pouvoir s’empêcher d’éprouver des sentiments l’un envers l’autre. 

Certains passages de la pièce sont d’ailleurs particulièrement beaux et touchants. Je pense notamment à ce que dit Perdican à Camille, un passage qui m’a marqué et qui me restera en mémoire une fois ma lecture achevée. J’aurais souhaité le citer ici mais j’ai préféré vous laisser le découvrir vous même si un jour vous lisez cette pièce. 

Ainsi, je vous invite à découvrir ce classique de la littérature qui se lit très facilement ! 

Ma note : 12/20

Moon Brothers – Sarah Crossan

Capture d’écran 2019-12-24 à 11.33.52.png

 

Titre : Moon Brothers

Titre original : Moonrise

Auteure : Sarah Crossan

Éditeur : Rageot

Date de publication : 2019

Nombre de pages : 373

 

Quatrième de couverture

On peut savoir tout ce qu’il y a à savoir sur quelqu’un,
sa taille, son poids, ce qu’il préfère,
oeufs à la coque ou oeufs au plat,
mais y a un truc qu’on ne saura jamais :
c’est l’endroit où son coeur le mène.

Pourquoi Ed est parti, son frère Joe ne l’a jamais vraiment compris. À l’époque, il n’était qu’un petit garçon. Aujourd’hui, Joe a 17 ans et il doit accompagner son grand frère dans ses derniers moments. Ne plus penser au système qui l’a mis en prison. Mais que faire pour l’aider ? Comment lui pardonner alors que leur famille a volé en éclats ? Et où trouver la force d’espérer ?

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien ! 

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler du nouveau roman (pas vraiment nouveau mais enfin traduit en français) de Sarah Crossan intitulé Moon Brothers. Dès sa sortie, je n’ai pas hésité une seule seconde avant de me le procurer, sans même avoir lu la quatrième de couverture. D’ailleurs, une fois de plus, la couverture est magnifique et très poétique, malgré le sombre récit qui se cache derrière. 

Dès les premières pages, nous faisons la rencontre de Joe, un jeune homme de 17 ans dont le grand frère Ed est emprisonné au Texas et qu’il n’a pas revu depuis de longues années. Je me suis rapidement attachée à Joe puis à son frère malgré la situation. Joe est très humain et ses sentiments sont parfaitement retranscrits. Tout se mélange dans son coeur : peine, colère et peur. Je pouvais ressentir exactement chacune de ses émotions au fil du récit, me serrant le coeur à chaque fois. Ed est tout aussi attachant que son jeune frère. Il est au départ moins présent dans le récit et on ne le perçoit qu’à travers les yeux de Joe. Puis au fur et à mesure des pages, il prend peu à peu une place importante et quoi de plus normal puisqu’après tout, le récit tourne autour de lui. 

Dans ce roman, l’auteure aborde un sujet très dur, parfois tabou : celui du système judiciaire américain. Cependant, cela est traité avec une très grande justesse de la part de Sarah Crossan, qui est bien parvenue à montrer les aspects négatifs de cette société américaine, la réalité des choses souvent cachée derrière une façade reluisante. Justement, j’ai aimé que les choses soient dépeintes conformément à la réalité, sans que ce soit enjolivé. On est ainsi brutalement confronté à ce que peut ressentir une famille dans une telle situation. 

Enfin, une fois de plus, l’écriture de l’auteure est toujours aussi merveilleuse et envoutante. Le fait que le récit soit en vers apporte une grande poésie sans pour autant que l’histoire en devienne pour autant mielleuse ou enrobée. Cette forme poétique permet, je trouve, de faire passer de nombreuses émotions, avec une certaine précision. 

Ainsi, j’ai été une nouvelle fois bouleversée par le récit que nous livre Sarah Crossan et qui m’a de nouveau fait verser toutes les larmes de mon corps. Si vous ne l’avez pas encore lu ou que vous ne connaissez pas cette auteure, n’hésitez pas une seule seconde à vous lancer. Je vous le recommande vivement ! 

Ma note : 15,5/20

Traqué T2 – Andrew Fukuda

Capture d’écran 2019-12-24 à 10.29.18.png

 

Titre : Traqué T2

Titre original : The prey

Auteur : Andrew Fukuda

Éditeur : Michel Lafon

Date de publication : 2014

Nombre de pages : 397

 

Quatrième de couverture

Pourchassés par leurs prédateurs, Gene et Sissy tentent coûte que coûte de rejoindre la terre promise, un havre de paix où ils seront enfin en sécurité.

Suivant la piste laissée par le Scientifique, ils découvrent alors la Mission. Cette colonie de rescapés humains pourrait bien être l’Éden tant espéré. Accueillis en héros, ils vivent pour la première fois parmi les leurs. Mais les apparences sont trompeuses, et bien vite Gene se demande si ce nouveau monde n’est pas aussi maléfique que celui qu’il vient de fuir…

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien ! 

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler du second volet de la trilogie Traqué d’Andrew Fukuda. Ayant beaucoup aimé le livre précédent, j’avais plus que hâte de découvrir la suite et je dois dire que je n’ai pas été déçue ! 

Je vais directement commencer avec le personnage principal. J’étais heureuse de retrouver Gene pour découvrir la suite de ses aventures. Il tente toujours d’échapper à la menace qui le poursuit et est désormais en quête de vérités après la découverte à la fin du tome 1. Il s’engouffre dans cette voie sans savoir exactement où cela va le mener mais également car il n’a pas d’autre choix que de fuir pour essayer de sauver sa peau et de survivre.

D’ailleurs, dans ce deuxième tome,  j’ai été satisfaite d’apprendre enfin plus à connaître Gene. Le manque de description à son sujet m’avait un peu manqué dans le premier tome mais j’étais consciente qu’il était normal que sa personnalité ne soit pas développée afin de coller avec les événements du premier tome ! On est en effet plongé dans un univers où les êtres peuplant désormais la terre sont tout sauf humain. Aucune émotion ne transparait jamais sur leur visage, leurs yeux sont dénués d’expression, ils se déplacent comme s’ils étaient vides à l’intérieur, non animée par une conscience. 

En ce qui concerne l’histoire en elle-même, les aventures de Gene en milieu hostile se poursuive à un rythme toujours aussi haletant. Il y a beaucoup d’actions, de rebondissements, de suspense, de révélations, … bref, on ne s’ennuie jamais ! Les quelques touches d’amour qui ponctuent le roman sont également très appréciables et rendent les personnages plus humains, ce qui collent parfaitement avec le monde dans lequel ils vivent, si dénué de sentiments. Il y a donc là tous les éléments réunis pour constituer un très bon roman ! Je l’ai d’ailleurs dévoré  en quelques jours ! 

Beaucoup d’éléments nouveaux apparaissent dans le roman. On en apprend plus sur le pourquoi du comment de ce monde si étrange, de la quête pour trouver un remède. J’ai vraiment apprécié les moments révélations si je puis dire. J’ai été étonnée en même temps que les personnages, découvrant la vérité crue. 

Ainsi, ce deuxième tome m’a tout autant enchanté que le premier. Je suis plus qu’impatiente de lire le dernier volet et découvrir enfin où tout cela mène. Si vous ne connaissez pas encore cette saga, n’hésitez pas une seule seconde, vous ne serez pas déçus ! 

Ma note : 14/20

Les vrais amis ne s’embrassent pas sous la neige – Juliette Bonte

Capture d’écran 2019-12-24 à 10.38.46.png

 

Titre : Les vrais amis ne s’embrassent pas sous la neige

Auteure : Juliette Bonte

Éditeur : HarperCollins

Date de publication : 2018

Nombre de pages : 363

 

 

 

Quatrième de couverture

Depuis qu’elle a menacé Luke avec une fourchette lors de leur première rencontre – épique-, Allison le considère très naturellement comme sont meilleur ami. Il aime se moquer de son obsession pour les cookies maison et de sa façon de manger les hot-dogs ; elle adore l’écouter parler d’architecture et le remettre à sa place. Mais plus ils passent de temps ensemble, et plus Allison prend conscience que Luke est bien plus qu’un ami… À ses côtés, elle découvre de nouveaux sentiments, plus intenses, plus troublants. Des sentiments qu’elle ne devrait pas éprouver. Car Luke est le seul homme qu’elle n’a pas le droit d’aimer.

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien ! 

Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler du roman Les vrais amis ne s’embrassent pas sous la neige, une jolie romance de Noël, parfaite pour cette saison. 

Tout d’abord et avant de commencer ma chronique sur le récit en lui-même, je tiens à dire que la couverture est magnifique ! Elle est toute mignonne et donne vraiment envie de se plonger dedans. C’est d’ailleurs la raison principale de mon achat à la base. 

Parenthèse refermée, nous pouvons commencer. 

Alors, en ce qui concerne les personnages, j’ai tout de suite bien accroché avec Allyson, notre héroïne. Elle est très sympathique et attachante. J’avais même parfois l’impression de la connaître, comme si elle faisait partie de mon entourage. J’ai du coup beaucoup aimé cette proximité avec l’héroïne. Elle est très humaine et cela rend d’autant plus facile la plongée dans l’histoire. 

De l’autre côté, nous avons Luke, un personnage que j’ai tout de suite apprécié. Je crois qu’avant même qu’il ne fasse son entrée dans le récit, je l’appréciais déjà. C’est un homme très attentionné et généreux, qui n’hésite pas à faire passer le bien-être des gens qu’il aime avant le sien. 

Ensuite, concernant le récit en lui-même, j’ai bien évidemment apprécié la toile de fond de la boutique dans laquelle Allyson travaille. Cela rajoute au cliché des histoires de Noël mais c’est précisément pour cela qu’on les aime tant ! L’ambiance cocooning est très bien recréée, notamment avec la neige, le fait que l’histoire se déroule à New York. Je me sentais bien, comme dans une petite bulle, à l’abri du monde. Je ne voulais plus quitter le livre tant je m’y sentais bien. 

Enfin, l’écriture est fluide et agréable et j’ai dévoré le livre en quelques jours seulement. J’étais à la fois pressée de découvrir la finalité de l’histoire mais en même temps, je n’avais pas non plus envie de quitter cet univers si beau et enchanteur. 

Ainsi, c’est une lecture que j’ai bien aimé. Une jolie romance de Noël comme on les aime et que je vous conseille d’ailleurs sans hésitation. Je suis impatiente de lire les autres romans de cette auteure ! 

Ma note : 13/20

Éternels – Alyson Noël

IMG_4981

Titre : Éternels

Titre original : The Immortals

Auteure : Alyson Noël

Éditeur : Michel Lafon

Date de publication : 2010 – 2012 (en France)

 

Quatrième de couverture

Avant l’accident, Ever Bloom était une adolescente populaire et joyeuse. Quand elle perd toute sa famille dans cet épisode tragique, elle reçoit soudain un terrible don : celui de lire dans les pensées des gens et de connaître leur vie simplement en les touchant. Elle se renferme alors sur elle-même et évite le contact des élèves du lycée qui la regardent comme une chose bizarre…
Jusqu’au jour où elle rencontre Damen Auguste.
Damen est mystérieux et d’une beauté inquiétante. Toutes les filles du lycée se le disputent mais c’est à Ever qu’il s’intéresse. Or c’est le seul être dont elle ne peut pas découvrir les pensées. Et personne ne sait réellement qui il est ni d’où il vient. Damen n’est pas un simple mortel, Ever en est certaine. Elle sait aussi qu’elle est profondément et irrémédiablement attirée par lui.

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vos allez bien ! 

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous présenter une saga que je viens de finir récemment. Il s’agit d’Éternels de Alyson Noël. Je l’avais commencé alors que je devais avoir 12-13 ans. J’avais alors lu le premier tome mais j’avais malheureusement renoncé à lire la suite, ayant probablement trouvé mieux à lire sur le moment. Et c’est donc près d’une dizaine d’années plus tard que j’ai décidé de reprendre cette saga pour enfin la lire dans son intégralité.

Afin de me simplifier la tâche, j’ai choisi de vous faire une chronique globale sur l’ensemble de la saga. 

Lorsque j’ai commencé ma lecture du premier livre, j’ai eu un peu de mal à accrocher avec l’héroïne, notamment car je trouvais qu’elle était très ado. D’un côté, rien d’anormal à cela car elle est encore relativement jeune au début de la saga. Cette impression est certainement dû au fait que je vieillis XD. Damen avait certes un côté un peu plus mature, voulu par son âge avancé malgré son apparence de lycéen, mais il restait malgré tout trop adolescent dans ses manières d’agir. J’avais donc du mal à rentrer dans l’histoire car tout me semblait gnan-gnan, naïf. J’ai trouvé que le second volet était dans la même veine donc toujours pas convaincue. 

Malgré tout, j’ai décidé de poursuivre ma lecture. Et j’ai bien fait ! Le début du troisième tome, c’est encore un peu pareil que dans les deux premiers mais plus j’avançais dans ma lecture, plus je trouvais le récit intéressant et plus j’appréciais Ever. Je pense que cela est notamment dû à l’arrivée d’un nouveau personnage important dans l’histoire. En effet, nous rencontrons Jude, un jeune homme dans les âges d’Ever. Il m’est tout de suite apparu comme très sympathique et intrigant. J’avais donc hâte d’en apprendre plus à son propos. Et j’ai été gâtée ! On a notamment des explications sur sa présence dans les vies antérieures d’Ever. J’ai adoré ces moments d’ailleurs. 

Le quatrième et le cinquième tome étaient tout aussi bien. Il y a beaucoup d’actions, de rebondissement, de suspense. Tout y est pour former une bonne histoire dont on n’a plus envie de se détacher. 

J’étais ainsi plus qu’impatiente de découvrir le sixième et dernier tome. Et j’ai littéralement adoré le dernier. Je ne me suis pas ennuyée une seule seconde ! Il se passe tout le temps quelque chose mais les événements sont réellement construits pour apporter quelque chose au récit, pas comme si c’était une suite d’action sans grand intérêt. Ever prend réellement conscience des responsabilités qui pèsent désormais sur ses épaules. Elle n’est plus la jeune fille innocente et naïve des débuts. Elle se doit d’agir en adulte responsable face aux événements qui se dressent sur sa route. Son évolution au fil des romans m’a donc entièrement satisfaite. Enfin, j’ai trouvé la fin très belle. J’étais totalement contente avec la conclusion proposée par l’auteure. Je ne pouvais pas envisager meilleure fin pour cette série. 

Ainsi, si la première moitié de la série ne m’avait pas du tout convaincue, mon avis a radicalement changé par la suite. J’ai finalement réellement apprécié cette série, très agréable à lire et qui m’a embarqué dans un autre monde, me permettant de m’évader à chaque lecture. La note étant une note globale, elle est pas nécessairement haute car je dois prendre en compte le fait que je n’ai pas du tout aimé les deux premiers volets. Si je n’avais dû noter que le dernier, la note aurait été toute autre bien sûr. 

Je vous recommande cette jolie série mystérieuse si vous ne l’avez pas déjà lue !

Ma note : 12,5/20 

Conquise – Ally Condie

Capture d’écran 2019-07-13 à 17.31.12.png

Titre : Conquise

Titre original : Reached

Auteure : Ally Condie

Éditeur : Gallimard Jeunesse

Date de publication : 2013

Nombre de pages : 514

 

 

Quatrième de couverture

LA VIE

L’AMOUR

SERONT-ILS POSSIBLES

SI LA SOCIÉTÉ DISPARAÎT ?

Mon avis

Bonjour à tous ! J’espère que vous allez bien ! 

Aujourd’hui, je vous retrouve pour vous parler du troisième et dernier roman de la saga Promise. 

J’ai adoré le fait que l’on ait cette fois-ci le point de vue de Xander qui vient s’ajouter à ceux de Cassia et Ky. J’aime beaucoup son personnage et du coup j’ai été ravie d’apprendre à le connaître davantage, de découvrir sa vision des événements. C’est quelqu’un qui m’est apparu comme profondément sincère et gentil. Il se soucie du bien-être des autres avant le sien. 

Petit point négatif : j’ai parfois trouvé que les scènes se mélangeaient un peu trop et cela créait une sorte de fouilli. J’ai ainsi eu parfois du mal à comprendre ce qu’il se passait et pourquoi. 

Sinon, l’histoire est toujours aussi poétique, car on retrouve encore une fois le fil conducteur des poèmes qui rajoute une magnifique dimension au roman. Et puis surtout, j’ai aimé que tous les éléments glanés au fur et à mesure des romans s’assemblent enfin. Tout devient cohérent, des petits détails que l’on pensait anodins prennent tout leur sens. 

Les rebondissements et le suspense sont également très appréciables ! j’ai été surprise à plusieurs reprises durant ma lecture. Ce sont certes des petits éléments mais j’ai trouvé qu’ils donnaient tout un charme supplémentaire à l’histoire. 

Je rajouterai également un dernier point que j’aurai pu noter dans mes précédentes chroniques sur la saga mais tant pis ! Je dois ainsi dire que la cohérence entre les couvertures, les couleurs et le récit est très percutante. Je ne l’avais pas tout de suite remarqué mais lorsque cela a fait tilt dans ma tête, je n’ai pu m’empêcher de me dire que l’auteure avait poussé sa réflexion à ce point ! Tout est très bien pensé et aucun détail ne semble être oublié dans la création de cette société et de ce monde bien différent du notre ! 

Ainsi, j’ai beaucoup aimé ce dernier volet ! J’ai trouvé que c’était une très belle conclusion à la trilogie. Tout s’assemble enfin et toutes les questions que j’avais pu me poser au fil des livres trouvent enfin des réponses. Je vous recommande donc cette belle saga si vous ne l’avez pas encore lue ! 

Ma note : 14/20